Justice

Fortes chaleurs : alerte canicule dans le Rhône

> Voir l'article

Participer à l’exécution des décisions de justice

 

Article créé le 15/07/2013

Un atelier à la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône

Un atelier à la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône

Surveiller, former, réinsérer

L’administration pénitentiaire

Elle est l’une des directions du ministère de la Justice. Service déconcentré de l’administration pénitentiaire, la direction interrégionale de Lyon étend son champ d’action sur les régions Rhône-Alpes et Auvergne. Elle compte 21 établissements pénitentiaires et 12 Services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP). 5 établissements sont implantés dans le Rhône : la maison d’arrêt de Lyon-Perrache (448 personnels) constituée de 3 quartiers (Saint-Paul, Saint-Joseph, Montluc) avec 870 détenus, la maison d’arrêt de Villefranche-sur-Saône (194 personnels) avec 630 détenus, l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) du Rhône pouvant accueillir 60 détenus âgés de 13 à 18 ans (76 personnels AP et 43 PJJ), le centre de semi-liberté de Lyon (13 personnels) avec 99 personnes et le SPIP du Rhône (71 personnels).

L’exécution des décisions de justice

En prison, l’administration pénitentiaire assure la garde et la prise en charge de prévenus en attente de jugement ou de condamnés, soumis à une peine privative de liberté à la suite d’une décision de justice. En milieu ouvert : les personnels d’insertion et de probation suivent et contrôlent les individus qui font l’objet d’une mesure non privative de liberté : contrôle judiciaire, sursis avec mise à l’épreuve, travail d’intérêt général.

La réinsertion sociale

En collaboration avec des partenaires publics ou associatifs, l’administration pénitentiaire met en place des dispositifs d’insertion qu’elle propose aux détenus ou aux personnes faisant l’objet d’une mesure restrictive de liberté. Ces dispositifs ont pour objectifs la préparation à la sortie et le retour dans la société. Les personnes prises en charge dans les établissements pénitentiaires peuvent exercer un travail (430 détenus dont 207 en production, 181 au service général et 42 en extérieur) ou avoir accès à des activités : enseignement (1 281 scolarisés dont 113 personnes en situation d’illettrisme sur la période scolaire 2005-2006), formation (Technique de vente, bâtiment second œuvre, maintenance hygiène, micro-informatique, régie des spectacles, couture…), culturelles ou sportives.

Les aménagements de peines

Ce sont des mesures prononcées en vue de préparer la sortie des détenus, de lutter contre la récidive, de maintenir les liens familiaux et sociaux : permission de sortie, libération conditionnelle, suspension de peine pour raisons médicales, semi-liberté, placement à l’extérieur ou placement sous surveillance électronique par le bracelet

De nouvelles prisons

Le programme national de construction de nouveaux établissements pénitentiaires va permettre de rénover le parc existant et de remédier à la surpopulation carcérale. L’Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs du Rhône (EPM) a ouvert à la mi-juin, il offre des conditions de détention appropriées aux détenus âgés de 13 à 18 ans. L’ouverture de la maison d’arrêt de Corbas en 2009 (690 places) permettra la fermeture des prisons de Lyon (St Joseph, St Paul, Montluc).

 

Direction interrégionale des services pénitentiaires de Lyon : www.annuaires.justice.gouv.fr