Actualités

Episode de fièvre catarrhale ovine : Zonage actualisé au 28 décembre

 
Episode de fièvre catarrhale ovine : Zonage actualisé au 28 décembre

Un cas de fièvre catarrhale ovine (FCO) sur un bélier dans le département de l'Allier a conduit le Ministère de l’Agriculture à prendre un arrêté (paru au JOJournal officiel du 16 octobre 2015) « définissant les zones réglementées relatives à la fièvre catarrhale du mouton ».

Qu’est ce que la fièvre catarrhale ovine ?

La fièvre catarrhale ovine (FCO), également appelée maladie de la langue bleue (Bluetongue en anglais), est une maladie virale, transmise par des moucherons piqueurs.

Les espèces sensibles à la FCO sont les ruminants domestiques (ovins, caprins et bovins) et sauvages. La FCO entraîne les symptômes suivants : fièvre, troubles respiratoires, salivations, oedème de la face, etc.

Cette maladie est strictement animale : elle n’affecte pas l’homme et n’inspire donc aucune inquiétude ni pour la population, ni pour le consommateur. Elle n’a strictement aucune incidence sur la qualité des denrées (viande, lait, etc) .

Quelle est la situation actuelle ?

Un premier cas de FCO sur un bélier à été déclaré en septembre dernier dans un élevage d’ovins et de bovins de l’Allier.

Des signes cliniques ont alerté le vétérinaire qui a déclenché auprès de la Direction Départementale de la Protection des Populations de l’Allier la suspicion de FCO. Le 11 septembre 2015, le laboratoire national de référence de l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSESagence de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a confirmé le résultat positif de ce bélier en FCO (sérotype 8).

Le sérotype 8 ne circule plus en France depuis 2010, et n’a été notifié dans aucune région du monde depuis 2011.

A la suite de ce cas, une surveillance renforcée a été mise en place. Au 18 décembre, ce sont 135 cas de FCO qui ont été détectés dans le centre de la France.

Les investigations pour comprendre l’origine de la contamination sont toujours en cours.

Quelle mesure de lutte pour limiter la diffusion de la maladie ont été mises en place ?

Dans un premier temps, des mesures de limitation des mouvements des animaux des espèces sensibles ont été instaurées (périmètre d’interdiction autour des foyers, zone de protection et zone de surveillance), et la désinsectisation des animaux et des véhicules de transport a été préconisée dans certains cas.

Cependant, suite au nombre croissant de foyers, une seule zone réglementée de 150 kilomètres autour des foyers reste en place. Voir carte jointe.

La liste des communes situées dans cette zone est indiquée dans l’arrêté ministériel du 22 juillet 2011 modifié relatif à la lutte contre la FCO .

Les bovins peuvent sortir de la zone réglementée sous certaines conditions (contacter la DDPPDirection départementale de la protection des populations pour plus de renseignements).

Quelles sont les stratégies de lutte contre cette maladie ?

La vaccination des animaux est le meilleur outil de lutte contre cette maladie.

Actuellement, le stock de vaccins est limité. La France dispose d’environ 2,2 millions de doses de vaccins FCO sérotype 8, ce qui permet de vacciner 1,1 million de bovins. Les priorités suivantes ont été définies :

  • les animaux dans les troupeaux avérés infectés,
  • les animaux impliqués dans les schémas de sélection des races,
  • les animaux destinés au marché extérieur, notamment les broutards à destination de l’Espagne et de l’Italie.

La vaccination est effective depuis le 5 octobre 2015 dans les départements situés en zone réglementée, elle est entièrement financée par l’État.

De nouvelles doses de vaccin doivent être disponibles à la fin du 1er trimestre 2016.

Quelles sont les conséquences sur le commerce des animaux et notamment les échanges intra-UE et les exportations vers les pays tiers ?

Depuis le 11 septembre 2015, la France a perdu son statut de pays indemne de FCO. En conséquence les animaux de rente ne peuvent plus être exportés librement.

Très rapidement des accords ont eu lieu avec l’Espagne, l’Italie et le Luxembourg afin de permettre la vente d’animaux vers ces pays européens.

Des négociations ont abouti vers des pays tiers (Algérie, Tunisie) d’autres négociations sont toujours en cours.

 

Pour en savoir plus :

Carte du zonage national (mise à jour au 10 décembre) :

151210_zonageFCO

http://agriculture.gouv.fr/questionsreponses-sur-les-cas-de-fievre-catarrhale-ovine-detectes

www.frgdsra.fr

www.plateforme-esa.fr