Actualités

Fortes chaleurs : alerte canicule dans le Rhône

> Voir l'article

Bilan du dispositif ANDATU : l'insertion réussie pour des populations roms

 
Bilan du dispositif ANDATU : l'insertion réussie pour des populations roms

 Andatu : pour toi

Le programme ANDATU, qui signifie « pour toi » en langue romani, a été mis en œuvre à partir de fin 2011 pour répondre à la problématique des campements illicites de la région lyonnaise. Environ 1 500 personnes venant essentiellement de Roumanie et se revendiquant de la communauté Rom.

L’expérimentation « ANDATU » a débuté à la suite de l’occupation légale d’une église et d’un terrain d’une entreprise privée par une vingtaine de familles originaires de Roumanie. Après quelques mois, le chef d'entreprise et le curé de la paroisse, souhaitant récupérer la pleine jouissance de leurs biens, ont alerté le préfet sur la situation de ces familles qu'ils ne voulaient pas voir retourner dans des bidonvilles.

L'idée du préfet Carenco

Jean-François Carenco, préfet de la région Rhône-Alpes et du Rhône a alors mis en œuvre avec l'aide de la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS), le programme « ANDATU » avec pour objectif d'offrir un accompagnement social pour 400 personnes vivant dans des campements.

L’association « Forum Réfugiés-Cosi », reconnue pour la qualité de son action pour l’intégration des demandeurs d’asile, a été retenue pour la mise en œuvre du programme.

20 familles ont alors été intégrées à ce programme et ont signé un contrat avec l'Etat et Forum Réfugiés par lequel elles s’engageaient à :

  • respecter les lois de la République 
  • scolariser leurs enfants 
  • apprendre la langue française 
  • suivre des formations professionnelles 
  • effectuer toutes les démarches nécessaires pour accéder à l’emploi 

Ce contrat les engage et peut entraîner une exclusion du dispositif en cas de non-respect d’une clause.

L’Etat pour sa part s’engage à délivrer un titre de séjour permettant un accès complet au marché du travail, à assurer un hébergement provisoire permettant de réaliser les démarches administratives et de proposer un logement social.

Le Conseil général du Rhône a quant à lui accepté d'attribuer le RSARevenu de solidarité active à chacune des familles.

Les 20 familles ont été hébergées à compter de décembre 2011 dans des résidences ADOMA de l'agglomération lyonnaise.

 Andatu : phase 2 et 3

La 2ème phase du programme ANDATU a débuté en janvier 2013. Le choix a été fait de retenir des familles hébergées dans le cadre du plan hivernal afin de ne pas créer un déséquilibre avec les personnes vivant en campement.

35 familles soit 152 personnes ont ainsi été hébergées par ADOMA et également dans une ancienne caserne de gendarmerie à Sathonay-Camp réquisitionnée par le Préfet.

En mai 2013, l’incendie d’un important squat dans le 8ème arrondissement de Lyon a fait 4 victimes.

Le préfet a alors décidé d’intégrer toutes les familles de ce squat répondant aux critères de probité, soit 60 personnes dans une 3ème phase d’ANDATU. 70 personnes issues du dispositif hivernal ont également intégrées le programme. Ces personnes ont été hébergées dans l’ancienne caserne de gendarmerie de Bron ainsi que sur un terrain privé réquisitionné et équipé de bungalows sur la commune de Rillieux-la-Pape.

Au cours de la première année du dispositif les familles ont bénéficié d’un accompagnement social renforcé de la part de « Forum Réfugiés » qui se charge de l’ensemble des démarches (démarches administratives, obtention des prestations sociales, scolarisation des enfants, apprentissage du français, formation et accompagnement à l’emploi).

Les familles sont alors prêtes à entrer dans le logement soit environ un an après avoir intégré « ANDATU ».

Afin d’apporter des garanties aux bailleurs sociaux, l’association « Forum Réfugiés » assure la responsabilité du bail selon le principe du bail glissant sur une durée d’un an. A l’issue de cette période, les familles entrent dans le droit commun et prennent la pleine responsabilité de leur logement.

Lors de l’installation sur les sites d’hébergement collectif à Sathonay-Camp, Rillieux-la-Pape ou encore Bron, une forte mobilisation du voisinage a eu lieu pour empêcher la mise en place. Dans ces 3 villes, les réticences se sont rapidement estompées notamment grâce à la rencontre de la population « ANDATU » avec le voisinage dans les écoles. Ces mêmes voisins ont souvent apportés leur aide par le don de vêtements et de jouets.

On peut donc dire que le programme « ANDATU » a contribué à changer l'image de la communauté rom auprès de la population locale.

 Le pari de l'emploi

En matière d’emploi, le challenge est particulièrement complexe puisqu’une grande partie des adultes qui ont intégré « ANDATU » sont illettrés dans leur propre langue et sans niveau de qualification. Le contexte du marché du travail est un frein rédhibitoire pour des personnes qui n’ont que leur force de travail à proposer. Pour autant, la volonté de travailler de l’ensemble des bénéficiaires du programme a été constante et leur sérieux, constaté par les employeurs, a permis de multiplier les CDD (contrats aidés principalement) et de signer 8 CDI.

Le budget

Le coût total du programme sur 3 ans s’élève à 2 650 000€ pour l’accompagnement de 417 personnes en tenant compte des personnes ayant quitté le programme en cours (exclusions et abandons) soit une moyenne de 10 euros par jour et par personne (hors prestations sociales).

Un accompagnement financé par l'Etat, le Fonds Social Européen, le Grand Lyon, et la fondation Abbé Pierre.

Le Conseil général du Rhône a lui consacré en 2013, 372 000 € et 442 000 € en 2014 de RSARevenu de solidarité active versés aux familles, soit un total de 814 000 euros.

 Conclusion

Fin 2015, toutes les familles auront quitté le dispositif « ANDATU » pour entrer dans le droit commun.

Elles ne bénéficieront plus de l’accompagnement de « Forum Réfugiés-Cosi » et de prestations sociales car la réglementation applicable aux ressortissants européens résidant dans un autre pays de l’Union Européenne interdit de vivre uniquement des prestations sociales du pays d’accueil.

Au final, les incidents auront été très peu nombreux et moins de 5 exclusions auront été prononcées.

Le programme « ANDATU » se caractérisait par l’absence de critères de sélection liés à la capacité d’intégration des personnes. Il est donc d’autant plus significatif sur les résultats obtenus.

La scolarisation des enfants aura été particulièrement satisfaisante et certains jeunes auront même été sélectionnés dans des filières scolaires recrutant sur dossier.

Quant aux adultes, 120 contrats ont été signés et 45 (sur 90 familles) toujours sont dans l'emploi en cette fin d'année 2014.